Sharing is caring!

Selon l’article premier de la Convention relative aux droits des personnes handicapées, «Des personnes se disent handicapées lorsqu’elles présentent des incapacités physiques, mentales, intellectuelles ou sensorielles durables dont l’interaction avec diverses barrières peut faire obstacle à leur pleine et effective participation à la société sur la base de l’égalité avec les autres ». Quant à la Convention relative aux droits des enfants, elle stipule en son article 33 que, les enfants issus des populations marginales, les enfants handicapés ou réfugiés, ont droit à la protection, aux soins médicaux, à l’éducation, à la formation et à toutes mesures qui consolident leur autonomie et facilitent leur participation active à la vie sociale.

Page Facebook UNICEF Bénin

 

Malheureusement, en Afrique, on estime qu’un enfant handicapé sur quatre ne va pas à l’école, pourtant le droit à l’éducation pour tous les enfants, quel que soit leur handicap, est un droit fondamental.

Triste est la réalité aujourd’hui lorsque nous voyons des enfants handicapés non scolarisés sous prétexte de leur handicap. Cela est dû aux préjugés sur les enfants handicapés, la honte des parents à entendre les autres critiquer, insulter leurs enfants. D’après une enquête de Platform voor Handicap en Ontwikkelingssamenwerking (Plateforme Handicap et Coopération au développement, PHOS, 2012), il semble qu’une partie considérable de la population béninoise ait une image négative du handicap. Le regard de la société envers les personnes handicapées est plein d’exclusion, de violence, de discrimination, de honte, d’abandon, de méchanceté et de négligence.

Selon un rapport de l’UNICEF, le handicap est un facteur aggravant de vulnérabilité des enfants dans leur accès et leur maintien à l’école. Certaines familles négligent leurs enfants handicapés ou les surprotègent au point de ne pas vouloir les inscrire à l’école. Certains enfants handicapés abandonnent l’école de manière précoce faute d’une prise en charge éducative adéquate.

En tant que jeunes citoyens responsables nous devons dénoncer ces pratiques qui minent encore certaines régions de notre pays, et collaborer avec les institutions et organisations internationales qui traitent de la situation des enfants handicapés, redoubler d’efforts dans nos actions en faveur des enfants pour plus d’inclusion, plus d’amour, plus d’équité pour chaque enfant afin que chaque enfant puisse jouir de son droit à une éducation inclusive et de qualité quel que soit son handicap.

Les enfants en situation de handicap peuvent poursuivre une scolarité dans un établissement ordinaire ou dans un établissement adapté, quelle que soit la nature du handicap, sa gravité et le besoin de prise en charge médico-sociale. Nous sommes convaincus qu’il faut plus de campagnes de sensibilisation dans les écoles, dans les universités, dans les médias online et offline; et surtout dans les zones reculées ou le droit à l’éducation est encore un luxe. Cela est une nécessité pour une nation qui se veut émergente car les enfants handicapés doivent bénéficier de la même éducation que les autres.

Que de bonheur quand nous donnons la chance aux enfants en situation de handicap d'apprendre, de jouer et de rê…

Publié par UNICEF Benin sur samedi 3 décembre 2016

“Chaque fille, chaque garçon doit aller à l’école, c’est notre responsabilité”. Angélique Kidjo

#ForEveryChild #PourChaqueEnfant

Sharing is caring!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *